Rejoins-nous ! - Cours BLS - AED selon les directives SRC


En Suisse, les arrêts cardio-vasculaires tuent environ 8'000 personnes chaque année. Dans les premières minutes, plus de 80% des patients se trouvent en fibrillation ventriculaire, cela signifie qu’une défibrillation précoce permettrait d’obtenir de bons résultats de survie.

 

L’amélioration des résultats de survie passe par l’application efficiente de la chaîne de survie.

 

Celle-ci implique l’ensemble des points suivants : une reconnaissance rapide du problème, une réanimation cardio-respiratoire précoce, une défibrillation rapide et une réanimation professionnelle (Advanced Cardiac Life Support ACLS) précoce (Bernanrd, C.2006).

Image 1 Chaîne de survie (American Heart Association 2010)

Dans les faits, en 2005, seul 5% des patients ont survécu à un arrêt cardio-respiratoire.


En plus de la réanimation cardio-respiratoire, la défibrillation précoce fait partie des points importants d’une réanimation réussie. Les DEA sont des défibrillateurs pour laïque pouvant être utilisés par tous. La répartition géographique de la population et des services de sauvetage est variable. Dans le canton de Berne, le temps moyen pour  tteindre un site d’intervention en urgence est de 13 minutes. Cela signifie que tous les patients souffrant de problèmes cardio-circulatoires ne pourront pas être atteints par une équipe de sauvetage dans les 3-5 minutes, qui sont les minutes les plus critiques. Il faut pourtant lutter contre cela, car chaque minute qui s’écoule diminue de 10% les chances de survie du patient.

 

Les chances de survie sont donc directement dépendantes d’une alarme précoce du service de sauvetage professionnel, ainsi que des mesures immédiates pour sauver la vie (chaîne de survie).

 

Au cours des dix dernières années, en Suisse et dans de nombreux pays européens, le système de premier répondant a été développé, dans de nombreux endroits, afin qu’il fasse partie intégrante de la chaîne de secours. Dans le canton de Berne, il y a déjà plus de 900 Firstresponders actifs. Les participants bénévoles proviennent de différentes régions et organisations. Les services régionaux de sauvetage du canton de Berne, par le

biais d’un groupe de travail Firstresponder, ont créé et mis en place un concept cantonal. Tous les Firstresponders du canton de Berne sont instruits et maintiennent leurs connaissances à jour sur la base de ce concept. Cela permet de garantir que chaque Firstresponder répond aux exigences et qu’il est équipé au mieux pour une intervention.